jeudi 4 février 2016

Sincère remerciement avec une salade de kale pour accompagner le tout

Bonjour à tous,

Wow...!!!  Je tiens d'abord à vous remercier du fond coeur pour votre "giga" soutien rempli de douceur suite à la publication de mon dernier billet.  J'avoue avoir été agréablement surprise et tellement touchée par vos messages.  Plusieurs m'ont également écris en privé.  Une belle vague d'amour !

Et j'ai bien l'intention de revenir vous lire de façon régulière pour m'aider à tenir le cap dans les moments difficiles, et/ou même dans les bons, également.  Vos messages représentent beaucoup à mes yeux.  Je suis infiniment reconnaissante pour ce bel accueil que vous m'avez réservé suite à mon témoignage.

Merci tout plein !!!  

C'est tellement réconfortant de constater à quel point il y a encore plein de belle âme sur cette belle planète.  Et je suis hyper choyée d'en côtoyer régulièrement.  

Alors maintenant, je crois qu'il est plus que temps de vous présenter une petite recette.  Il est vrai que je me fais plutôt rare dans mes publications.  Cependant, je n'ai pas arrêté de cuisiner pour autant, hein ?!  Ohhhhh que non...!!!  Et au contraire, popoter s'avère une thérapie en soi.  

Malgré mes troubles alimentaires, j'suis une grande gourmande.  Cuisiner a été plutôt salvateur dans mon cas.    C'est ainsi, que petit à petit, j'ai appris à aimer la bouffe et renoué avec certains aliments autrefois bannis.

Parfois, j'aime me compliquer la vie en cuisine et essayer des trucs "casse-cou".  À d'autres moments, comme aujourd'hui, je préconise la simplicité.  Et on se régale tout autant.

Salade de kale à l'avocat & vinaigre umeboshi

On adore le kale à la maison.  Il occupe donc une grande place à nos repas quotidiens.  Ici, il est question d'une salade archi simple, mais ô combien délicieuse !!!
*****

Salade de kale à l'avocat & vinaigre umeboshi 

Ingrédients
  • feuilles de kale, bio, en bonne quantité
  • 1/2 à 1 avocat bio, selon le nombre de convive
  • quelques gouttes de vinaigre umeboshi, au goût
  • levure nutritionnelle alimentaire, au goût  

Préparation
Bien laver et essorer le kale.  À l'aide d'un couteau, on enlève la tige coriace des feuilles du chou.  On coupe ensuite les feuilles en petite bouchée.
Mettre les feuilles déchiquetées dans un grand bol.   
Ajouter la chair de l'avocat en l'écrasant d'abord à la fourchette.  Masser ensuite minutieusement le chou avec les mains en l'enrobant de la purée d'avocat.  Continuer ainsi quelques minutes jusqu'à ce que le chou devienne tendre et réduise de volume.
Asperger ensuite quelques gouttes de vinaigre umeboshi.  Il est important d'en mettre suffisamment, tout en étant vigilant de ne pas en abuser non plus.  Sinon, le goût sera trop dominant.  Goûter pour vous assurer de bien doser.
Saupoudrer ensuite le tout de levure alimentaire, au goût.
Remuer et servir.

Commentaires:  Les quantités sont vraiment approximatives comme j'y vais toujours à l'oeil.  Cependant, pour deux portions d'accompagnement, 1/2 avocat est suffisant et pour le chou kale, assurez-vous d'avoir au moins un bon 3 tasses et plus.  Encore là, c'est vraiment approximatif.  Allez-y vraiment au goût.  C'est toutefois bien chouette de sentir le crémeux de la purée d'avocat avec le kale.  Et pour le vinaigre umeboshi, asperger quelques gouttes et goûter.  De même que pour la levure alimentaire.  

Source:  inspirée de Jessica Nadel dans son livre Fou des légumes verts 

Simple, rapide, mais ô combien délicieuse !

Étonnamment, cette salade est fort addictive.  Elle est rapide d'exécution et se dévore allégrement.  Un autre point positif, elle est tout aussi bonne le lendemain dans les lunchs pour le boulot.  

Bien entendu, vous pouvez y ajouter des pois chiches grillés et croustillants, du tofu ou tempeh mariné et grillé, des graines, des noix ou tout ce qui saura égayer vos papilles.

J'suis consciente que le vinaigre d'umeboshi peut être difficile à trouver pour certains.  Cependant, je vous assure, il vaut le coup et pas seulement pour cette recette.   Pour les intéressés, vous pourrez en dénicher dans les marchés asiatiques en plus des épiceries d'aliments naturels, où l'on trouve les algues, miso et trucs du genre.

Ce vinaigre est un rouge éclatant conçu à partir de l'umeboshi mûres, la prune Japonaise marinée avec des feuilles de shiro rouge.  Cet assaisonnement est plutôt versatile et peu salé, comparé à certains autres vinaigres.    

Je suis curieuse de savoir si vous utilisez ce vinaigre d'umeboshi dans votre cuisine.  N'hésitez pas à partager de quelle façon vous le préférez si le coeur vous en dit.  

Sur ce, je vous souhaite à tous une magnifique journée et/ou soirée, c'est selon.  Et encore une fois, merci tout plein pour vos messages suite à mon dernier billet.  J'apprécie tellement.

À bientôt les amis !

jeudi 14 janvier 2016

Je vous présente un p'tit côté personnel de LA Jessica derrière cet écran...!

Bonjour les copinautes,  

Hé hé...long time no see and no talk, hein ?!  Et je reviens avec un titre plutôt intriguant, n'est-ce pas ?!  J'en conviens.  Toutefois, avant d'aller plus loin, j'aimerais profiter de l'occasion pour vous souhaiter la bonne et heureuse année 2016 !  Une année qui je l'espère, sera sous le signe de la santé, de la paix dans vos coeurs, de la gratitude et remplie de belles surprises et petit bonheur au quotidien.   Rien de moins.   

Source de l'image ICI

Ceci dit, j'espère que vous avez passé de belles fêtes en compagnie de ceux qui vous sont chers.

De mon côté, cette période fut plutôt tranquille.   D'autant plus que mon homme a subi une chirurgie le 21 décembre, soit seulement quelques jours avant Noël.  

Miss Pistache profite d'un de ces nombreux cadeaux de Noël

Vous se souvenez de la fracture de l'humérus de mon homme en juillet 2013 et de sa longue convalescence ?  C'est ICI et ICI pour ceux qui l'ont manqué ou qui désirent simplement se remémorer la chose.   En fait, pour faire une longue histoire courte, une fracture qui devait se rétablir en 5-6 mois a mis plus de 2 ans à guérir.   Ouais...?!

Alors pourquoi subir une autre chirurgie ?  C'est simple.  Le chirurgien avait initialement inséré une tige en titane allant de son épaule à son coude.  Ishhhhh...!!!  En effet, cette dite tige lui causait bien des ennuis depuis cette opération.  Et une fois la fracture rétabli, il était entendu qu'il devait se faire enlever cet objet étranger.  Donc, une autre opération s'imposait. 

Le pauvre, il a souffert le martyr avec cette dernière intervention.  Il a donc passé une partie de la période des fêtes à dormir et souffrir de douleur.  Heureusement, le temps fait son effet et il se sent mieux depuis.  C'est encore douloureux, certes, et il ne pourra pas forcer avec son bras pour une bonne période, mais au moins, c'est maintenant chose du passé. 

Mon homme et miss Pistache qui font la belle vie au lit

Vivement la nouvelle année pour un homme en pleine forme !!!  

Bien que le temps des fêtes soit agréable à plusieurs égards, j'avoue que cette période est toujours très difficile pour moi.  Très angoissante.  Ouaissss...!!!

C'est réellement éprouvant, tant au niveau physique qu'émotionnel.  D'année en année, je réalise que c'est de plus en plus difficile.  C'est d'ailleurs une des quelques raisons pour laquelle je suis moins présente sur mon blog et sur le web en général, depuis environ 1 an et demi.  Je m'isole davantage et le moral n'est pas toujours au rendez-vous.

Je suis de nature introvertie, très anxieuse et bien songeuse.    Ces dernières semaines, certains évènements m'ont d'ailleurs porté à réfléchir sur plusieurs aspects de ma vie.  De grosses décisions à prendre s'imposent pour mon bien-être.

Dans quelques-uns de mes billets au fil des ans, j'ai brièvement fait allusion à mes nombreux rendez-vous médicaux.  Je choisissais de taire les détails comme je ne me sentais pas encore prête.  En fait, tous ces nombreux rendez-vous sont liés à une maladie dont je souffre depuis l'âge de 14 ans, soit depuis 26 ans.  Heyyyy oui...le calcul est simple, sous peu je serai une vieille branche de 40 ans...?!   Hé hé...!!!

Ceci dit, vous en conviendrez qu'après toutes ces années, cette maladie fait plus que partie intégrante de mon quotidien et par conséquent, un aspect qui me définit et m'influence grandement en tant que personne.  Alors, au lieu de parler en parabole par moment dans mes billets, pourquoi ne pas être franche et ouverte avec vous ?!  

Ceci m'amène et rejoint une idée lointaine brièvement partagée avec vous.

Un  moment donné,...il y a belle lurette, j'en conviens...dans un de mes billets j'ai fait allusion à la possibilité de causer Jessica 

Hein...causer Jessica ?!  What the h...?!  

Ouais...à vrai dire, vous raconter un peu mon histoire.  Une petite parcelle de mon vécu, quoi ?  Et à mon plus grand étonnement, plusieurs d'entre vous ont démontré un intérêt à connaître davantage cette mystérieuse Jessica.  Ouais, ouais...!!!  À la fois surprenant, agréable et très angoissant...!!!  

On s'entend que parler de sa vie personnelle sur la toile est presqu'un couteau à double tranchant, hein ?!  On s'expose aux bons, mais également aux moins bons côtés de la chose.   En fait, cette dernière facette plutôt embêtante, entre autres, m'a longuement fait hésiter à aborder ce petit volet personnel.  Cependant, après maintes réflexions, je me suis dite "advienne que pourra...j'ose"...!!!  Après tout, mes intentions derrière ce partage sont nobles et sincères.  

C'est simple, au fil du temps et des échanges via les blogues, on vient à développer une certaine affinité, même des liens d'amitié avec les gens.  Il va de soi alors qu'il soit fort agréable et fascinant d'en connaître davantage sur les gens que l'on côtoie, non ?!  J'ai l'impression "d'humaniser" ce côté virtuel habituellement plutôt froid et distant.  J'avouerais même que ce partage est également, en quelque sorte, thérapeutique dans mon cas.  Ouais...à ce point !!!

Maintenant, par où commencer ?!  Là est la question...!!!  Le début vous me direz, évidemment.  Ohhhhh mais,...c'est que ça risque d'être long les amis.  En fait, ce n'est pas un livre à plusieurs tomes que je vous propose ici, mais bien un bref aperçu de mon petit moi...hi hi !!!

Certains ont peut-être déjà pris connaissance de ma petite introduction, que je dois d'ailleurs cruellement mettre à jour, hein ?!...sous le volet "À propos".   C'est bref, mais bel et bien moi.  Cette Jessica, reconnue comme étant timide, hyper réservée, discrète, solitaire et à la limite, ermite...hi hi !!!  Je rigole, oui, mais le pire, je n'exagère pas.   Vous comprendrez donc que c'est loin d'être une tâche naturelle et facile pour moi que d'aborder mon volet personnel.  D'autant plus qu'il y a un petit côté sombre à mon histoire.  Binnnnn...sombre...?!  C'est sûrement relatif, mais vous saisirez sûrement davantage où je veux en venir.

Ceci étant dit maintenant, pourquoi pas tomber directement dans le creux du sujet.  Ouais...sans préliminaire additionnel...!!!  Elle est directe la madame, hein ?!

Bon, on se lance ?!   Go !!!

Comme je disais un peu plus haut, je souffre d'une maladie chronique, car oui, c'est une maladie, depuis l'âge de 14 ans.  Les troubles du comportement alimentaire chroniquesOuais...!!!  C'est dit maintenant.

Source de l'image ICI

J'suis consciente que ma réalité semble quelque peu ironique.  J'suis une travailleuse sociale et souffre de cette maladie aussi chronique.  Et pourtant, je devrais savoir mieux, certains diront.  Oui, possiblement.  Ici, en fait, il n'est aucunement question de savoir ou ne pas savoir.  Au contraire, j'en suis très consciente et très bien informée.  C'est vraiment une maladie mentale fort complexe et qui exige de nombreuses années, voir même une vie, de thérapies intensives.  Et l'inconvénient dans mon cas, c'est que plus je vieillis, plus mes chances de m'en sortir complètement réduisent.  

Il est prouvé scientifiquement que plus longtemps une personne vit avec cette maladie et particulièrement rendu à l'âge adulte, le prognostique est moins rassurant.  Et plus j'avance en âge, plus les dommages irréversibles s'installent.  

En fait, saviez-vous que les troubles du comportement alimentaire est la maladie mentale qui cause le plus de décès ?!  Et oui...!  Cet aspect est souvent sous-estimé, mais bien réel.  Et malheureusement, cette maladie est encore TROP PEU connue.  Et les spécialistes traitant dans ce domaine sont loin d'être abondants.  Particulièrement ici au Nouveau-Brunswick.  Une triste réalité, car comme vous le savez sûrement, ces troubles continuent de monter en flèche.  C'est alarmant.  

Je tiens à préciser et vous rassurer que malgré ma souffrance de cette malicieuse maladie depuis de trop nombreuses années, je reçois un suivi intensif.  Et, au fil des ans, j'ai connu des réussites et des améliorations.  À certains niveaux, ma situation n'est plus aussi alarmante.   Heureusement.  Cependant, à bien d'autres égards, c'est une autre histoire.  J'ai développé d'autres pépins et maladies comorbides qui empoissonnent mon existence et qui sont malheureusement irréversibles, pour certains, et le triste résultat de ma chronicité.   

Certes, j'n'ai pas l'intention d'entrer dans les détails trop personnels de tout ce que la maladie engendre et de ces origines dans mon cas.  Et le but de ce partage avec vous n'est aucunement pour me "lamenter" sur mon sort, loin de là.    Après maintes réflexions, j'en suis venue à la conclusion qu'il me devait d'être ouverte envers vous.  Après tout, on partage ensemble de bien beaux moments et magnifiques échanges.  Et je me sens privilégiée d'entretenir une belle relation avec mes lecteurs/trices depuis plus de 3 ans déjà.  Sans vous en rendre compte, mon blog et nos partages me permettent d'évoluer en tant que personne et j'en suis très reconnaissante de cette chance.    

En fait, les divers échanges dans le monde de la blogosphère, ma participation à certains forums de discussion et la création de mon blog sont tous des évènements marquants et fort contribuant à ma thérapie.    Et ouiii...aussi étrange que ça puisse paraître, c'est révélateur dans mon cas.    C'est d'ailleurs de là que le déclic s'est finalement fait dans ma tête que j'étais malade et nécessitais de l'aide professionnelle.  Et le reste se poursuit et fait tranquillement son chemin depuis.

Vous connaissez peut-être des gens atteint par cette maladie pernicieuse.  Ou même, certains d'entre vous souffrent possiblement de cette condition en silence.  Peu importe, sachez que vous n'êtes pas seul et qu'il y a de l'espoir.  

Depuis quelques années déjà, je ne suis plus en mesure d'être sur le marché du travail.  Et dire que j'adorais mon emploi.  Cependant, les médecins m'ont amené à réaliser l'évidence.  Tout mon énergie doit être dirigé vers une prise en charge de mon corps avant d'atteindre l'irréversible.  L'heure est cruciale.

Cette maladie est fort complexe et souvent très malaisée à comprendre.  Je me considère extrêmement choyée d'avoir un mari en or, toujours présent malgré tout.  C'est souvent frustrant et très difficile pour mon homme à vivre.  Je lui serai d'ailleurs éternellement reconnaissante de son support et de sa présence.  

Je suis fort privilégiée d'avoir cet homme dans ma vie

Au fil des ans, il voit ma santé s'affaiblir.  Les conséquences immédiates et à long terme sont abominables.  Et ce, même pour les gens de mon entourage.  Tous mes organes sont touchés.  Ma musculature fond,  la température de mon corps baisse, j'ai d'importante perte des cheveux et carences en nutriments essentiels.  Je souffre également d'ostéoporose depuis plusieurs années malgré mon jeune âge, d'anémie, de troubles hormonaux, d'insomnie chronique et de déshydratation.  Je suis maintenant atteinte de colite ulcéreuse, une maladie résultant de mes troubles sévères d'intestins.  Le retentissement sur ma santé buccale et mon système cardio-vasculaire sont également graves (hypotension, déséquilibre des électrolytes sévères, etc.).  

Et ce, ne représente qu'une petite partie des conséquences.  On s'entend que je n'inclus pas tous les troubles et effets au niveau psychologique, hein ?!  La liste est longue comme vous pouvez le constater.   C'est du sérieux.    

En parlant ouvertement de ma condition, un de mes buts est définitivement la sensibilisation aux troubles du comportement alimentaire.  Ces maladies touchent beaucoup plus de gens que l'on puisse imaginer, malheureusement.  Toutes les classes sociales, les ethnies, les races, etc. y goûtent.  Personne n'y échappe, hélas.  

Il est souvent très difficile de briser le silence.  On a honte, on se sent seule, épuisé et profondément désespéré.  Une peur constante nous habite et l'isolement s'accentue.   Il faut savoir cependant qu'il y a de l'espoir.  Et il est impératif de s'y accrocher.    Je mentirais toutefois en  disant que le processus de rétablissement est facile.  Ohhhh que non...!!!  La preuve, même après toutes ces années de thérapies et conscientisation, les atroces conséquences sur ma santé et ma vie en général, j'suis encore dans un profond combat...au quotidien.    Je vis des hauts et des bas, des rechutes et des améliorations, des échecs et des succès, mais je m'accroche à cette petite lumière au bout du tunnel.  Malgré tout, j'ai confiance en la vie.  

Source de l'image ICI

Parfois, comme dans ma situation, on doit atteindre le fond du baril avant d'accepter l'aide.  En fait, peu importe l'étape où nous en sommes, sachez qu'il n'est jamais trop tard.    Un jour à la fois.    On doit apprendre à lâcher prise et faire confiance aux professionnels.  Certes, beaucoup plus facile à dire qu'à vivre.  J'en conviens.  N'empêche que ça représente une phase primordiale.

Maintenant que c'est dit, j'avoue que je me sens quelque peu libérée.   Parfois, dans mes billets, j'avais cette étrange impression plutôt embarrassante de vous cacher quelque chose.  Certes, on a tous droit à notre jardin secret et je suis d'ailleurs la première à le prôner.  Cependant, comme cette maladie occupe une partie considérable de ma vie et que briser le silence constitue un pas de plus vers la guérison, je ressentais le besoin de m'ouvrir un peu. 

Ceci étant dit, vous qui avez eu le courage de lire mon trop long billet jusqu'à la fin, je vous remercie.  D'ailleurs, je tiens à témoigner ma profonde reconnaissance pour votre présence dans ma vie et votre soutien.  Au fil des ans, comme je disais plus haut, je rencontre de merveilleuses personnes via la toile.    Sans le réaliser, vous êtes significatifs dans mon processus de guérison.  Alors, merci tout plein du fond du coeur.

J'espère ne pas trop vous avoir embêté avec mon petit volet "personnel".  N'ayez rien  à craindre cependant, mon blog demeure avant tout un endroit pour causer bouffe, recettes, jardinage, santé et découvertes culinaires en tout genre.  J'n'ai pas l'intention  de vous casser les oreilles avec mes déboires...hi hi !!!

Alors, avant de terminer, j'aimerais mentionner un dernier aspect fort important.    Où s'adresser pour entamer un traitement et de l'aide en cas de besoin ?  

Selon votre lieu de résidence, sachez qu'il y a diverses options qui s'offrent à vous.    Entre autres, votre médecin de famille est un point de départ.  Il sera en mesure de vous orienter vers un spécialiste ou services plus poussées dans le domaine.  

Les psychologues et les psychiatres proposent un éventail de thérapies qui se sont avérées efficaces avec les troubles alimentaires.  Notamment, la thérapie cognitivo-comportementale, les thérapies familiales & de groupe, la pharmacothérapie, la thérapie nutritionnelle, l'approche psychodynamique, la psychoéducation, la thérapie behavioriste et la thérapie cognitive, pour ne nommer que celles-là.    

Il y a également des associations et groupes d'entraide ouverts au public, des lignes téléphoniques d'écoute et divers forums de discussion sur des sites internet fiables, dont ANEB, par exemple.    Attention à ce niveau, toutefois.  Assurez-vous de consulter que des sites internet crédibles.  Il y a malheureusement trop d’information sur le web qui prône, à tord, l'anorexie ou autres troubles alimentaires.  

Et bien entendu, il y a l'hospitalisation dans certains hôpitaux de la région en plus des divers centres spécialisés dans le domaine du privé (Clinique St-Amour, Clinique Baca, etc.).

Cette liste de ressources est plutôt générale et certainement pas exhaustive.  Cependant, elle constitue un petit point de départ.  Alors, aux personnes concernées, je vous souhaite sincèrement bonne chance et surtout, bon courage !

Ahhhh...!!!...mais quel billet...!!! 

Maintenant, la parole vous appartient, si le coeur vous en dit.

Je reviendrai bientôt avec d'autres billets traditionnels concernant la popote.  Au plaisir de vous lire et à bientôt les amis.  Bisous.

Je vous laisse sur ce message d'espoir...!!!

mardi 15 décembre 2015

La tourtière au millet des Eagle et sa sauce brune en accompagnement. Juste à temps pour les fêtes...!

Coucou les amis, 

On se porte bien en ce "beau" mois de décembre ?  Et oui, je dis bien "beau mois de décembre".  Avouons qu'on est plutôt choyé en terme de température ces derniers tempsHabituellement, à pareille date, on se gèle, le soleil est quasi absent et on croule sous la neige.  Cette année, bien que le froid soit ressenti, le soleil est de la partie.  Hé hé...et laissez-moi vous dire que juste là, la donne est complètement changée.  Mon humeur est grandement affecté par la présence de clarté et le climat, alors j'suis plutôt "gras dur".  Et en plus, jusqu'à hier matin, la neige se limitait à un beau petit tapis blanc sur notre terrain.   Hélas, à l'heure où j'écris ces lignes, la neige tombe, tombe et tombe encore. 

Malgré cette fin d'automne réjouissante, mine de rien, le temps des fêtes arrive à grand pas, n'est-ce pas ?  Plusieurs sont à penser à leur menu des repas festifs à venir.   Chaque famille a leur tradition.  Et on s'entend que la fameuse tourtière trouve souvent sa place sur plusieurs tablées.

Bien que ce met soit bien prisé en cette période, pour une raison que j'ignore, il n'a jamais vraiment fait partie de nos traditions familiales.  Sauf depuis que je favorise un mode de vie végé.  J'y ai découvert la merveilleuse tourtière au millet.  Miammm...!!!

Ma tourtière au millet avec une pâte sans-gluten

Au fil des années, j'en suis arrivée à développer une version de tourtière au millet qui fait notre bonheur.   Et en prime, une petite sauce brune bien savoureuse pour accompagner le tout.

Ceci dit, je partage donc avec plaisir la version de tourtière au millet des Eagle.  À noter cependant que je n'inclus pas ma recette de pâte à tarte comme j'ai encore des petits tests à effectuer pour pleine satisfaction.  Je bidouille une pâte sans-gluten, alors histoire à suivre un de ces quatre.

*****
Tourtière au millet des Eagle 

Ingrédients
  • 3 1/2 tasses de millet préalablement cuit dans un bouillon de légumes (voir ci-bas pour ma méthode de cuisson proposée)
  • Huile d'olive extra-vierge
  • 2 oignons hachés 
  • 3 gousses d'ail hachées finement 
  • 2 carottes hachées en petits dés
  • 2-3 branches de céleri haché en petits dés
  • 1 contenant de champignon de Paris de 227g, haché
  • 1/4 tasse d'algues aramé séché
  • 1/4 tasse de sauce tamari
  • 1 c. à thé de thym séché
  • 2 c. à thé de basilic séché
  • 3 c. à table de persil frais , haché
  • 3 c. à table de levure alimentaire
  • 1 tasse de flocons d'avoine 
  • 1/4 tasse de pois chiche grossièrement écrasé 
  • un peu de bouillon de légume maison bien goûteux
  • Sel Himalaya & poivre fraichement moulu, au goût

Préparation

Cuisson du millet
Dans une casserole, griller à sec quelques minutes seulement 1 tasse de millet, en mélangeant sans arrêt.   Quelques grains s'arrondiront.  
Ajouter immédiatement 2 tasses de bouillon de légumes.  Porter à ébullition.  
Brasser et réduire le feu à basse température.  Couvrir hermétiquement.  Laisser cuire environ 20 minutes.  
Retirer du feu et laisser reposer 5 minutes avec le couvercle.  Les grains se détacheront ensuite très facilement les uns des autres.  
Réserver le millet.

La garniture
Chauffer l'huile d'olive dans une grande casserole et y suer les oignons jusqu'à ce qu'ils soient translucides.   
Ajouter les carottes et le céleri et faire revenir jusqu'à la tendreté des légumes.
Ajouter les champignons et l'ail.  Poursuivre la cuisson des légumes jusqu'à ce que les champignons aient commencé à rejeter de leur eau.   
Ajouter les algues, la sauce tamari, le thym, le basilic, le persil frais et la levure alimentaire.  
On mélange et y additionne le millet cuit, les pois chiches grossièrement écrasés et les flocons d'avoine.  
On brasse quelques coups pour ensuite y verser suffisamment de bouillon de légumes pour obtenir une préparation ayant une consistance plutôt "pâteuse".  Ni trop sèche, ni trop liquide.   Très important.
Bien mélanger et cuire encore quelques minutes.   
On ferme le feu.  Et rectifier l'assaisonnement au goût avec sel, poivre et autres aromates, si nécessaire.

Enfariner un comptoir propre.  Abaisser la pâte à l'aide d'un rouleau à pâtisserie en formant au moins 2 disques ou plus, selon la grosseur des moules à tourtière.  Recouvrir l'assiette avec l'abaisse de pâte en laissant les rebords dépasser.  

Répartir uniformément le mélange de millet dans la pâte.  Faire des incisions dans la deuxième abaisse pour laisser échapper la vapeur lors de la cuisson.  Recouvrir la garniture.  Bien sceller en écrasant le rebord à l'aide d'une fourchette ou avec les doigts.  Badigeonner de lait de soya.

Préchauffer le four  350F.  Cuire environ 45 minutes ou jusqu'à ce que la pointe d'un couteau insérée au centre de la tourtière ressorte chaude et que la pâte soit dorée.  

Couper en pointe et servir avec la sauce brune incluse ci-bas.  On  agrémente notre plat d'une belle salade verte avec d'autres petits légumes au choix.

Commentaires:  Le grillage à sec proposé dans ma méthode de cuisson permettra de rehausser la saveur du millet.  Attention toutefois de ne pas brûler les grains, car là, c'est nettement moins agréable.  Soyez donc vigilant à cette étape.  En ce qui concerne l'ajout de bouillon de légume vers la fin, on doit vraiment s'assurer de ne pas trop en ajouter.  Il est préférable de commencer avec de petite quantité et d'ajouter au fur et à mesure.  Tel que mentionné, la consistance ne doit être ni trop sèche, ni trop liquide. 

Une bonne pointe de tourtière au millet des Eagle
  *****
Sauce brune végétalienne

Ingrédients
  • 3 1/2 tasses d'eau
  • 1/2 tasse de noix d'acajou, préalablement trempée quelques heures et bien égouttée
  • 3 à 4 c. à table de fécule de maïs
  • 1 1/2 c. à thé de miso
  • 1 1/2 c. à thé de concentré de bouillon de légumes
  • 4 c. à table de sauce tamari
  • 2 c. à table d'oignon séché
  • Poivre fraichement moulu, au goût

Préparation
Mettre les noix de cajou et l'eau dans un mélangeur et mixer jusqu'à consistance lisse.  
Verser cette mixture dans une petite casserole.  
Ajouter le reste des ingrédients, sauf le miso et bien mélanger.
Porter à ébullition en brassant continuellement.  Réduire le feu à doux et continuer de brasser.
On laisse mijoter, en brassant continuellement, environ 2 minutes ou jusqu'à ce que la sauce ait bien épaissie. 
On ferme le feu.  On ajoute le miso à la sauce et s'assure de bien mélanger pour qu'il se dissout.
Servir avec ma tourtière au millet.

Commentaires:  Selon la consistance désirée, vous pouvez ajouter ou réduire la quantité d'eau.  Ainsi, il est donc possible que vous ayez également à ajuster le reste des assaisonnements.  Pour faciliter la dissolution du miso, on peut mettre un peu de sauce ou liquide chaud dans un petit verre avec le miso et bien le brasser.  On verse ensuite ce mélange à la sauce.  Ainsi, on s'assure de conserver les bienfaits du miso.  
Cette sauce brune peut également être servie avec tout autre tourtière végé, des rôtis de seitan, des pommes de terre frites, etc.        

Source:  inspirée du livre La boîte à lunch santé de Colombe Plante

Tourtière au millet avec sa sauce brune végétalienne

Vous voilà maintenant avec une autre idée de repas ou tout simplement une nouvelle tourtière végé à servir sur votre tablée dans le temps des fêtesOhhh...et bien entendu, cette délicieuse tourtière n'est pas uniquement réservée au menu des festivités, hein ?!  Elle est succulente à tout moment de l'année, particulièrement en période où l'on désir du réconfort et qu'on "feel cocooning".  Vous voyez le genre ?    

Et n'oubliez surtout pas d'agrémenter ma tourtière au millet avec cette délicieuse sauce brune.  J'ai l'impression que vous ne serez pas déçus.  C'est un succès à tout coup ici.

Maintenant, si vous me permettez, je suis vraiment curieuse de connaître vos mets traditionnels et incontournables dans le temps des fêtes.  Alors, on raconte tout, tout.  C'est trop agréable de savoir quels plats égaieront votre tablée.   

Chez-nous, on aime bien préparer une fondue chinoise à base de bouillon végé avec de multiples salades d'accompagnement, pleins de légumes, du pain et autres amuses-gueule.  Ainsi, végé et omni font bon ménage, sont tout aussi heureux et la panse bien remplie.

Sur ce, je vous souhaite une bien belle semaine.  J'assume que plusieurs d'entre vous sont hyper occupés avec les préparatifs des fêtes.  Dans la mesure du possible, tenter tout de même de prendre ça "relax".    alors, au plaisir de vous lire et à bientôt.